Quelques données sur les frappes de drones au Pakistan.

Dans un article publié sur CNN, Peter Bergen, de la New American Foundation, fournit quelques données intéressantes sur les frappes de drones au Pakistan:

– c’est en 2004 que les frappes létales de drones ont été autorisées pour la première fois, à l’époque par le Président Georges W. Bush. 45 frappes ont eu lieu sous son mandat dans les zones tribales sous administration fédérale (FATA). Le programme s’est rapidement développé sous la présidence Obama avec une une moyenne d’une frappe tous les quarante jours, allant jusqu’à une frappe tous les quatre jours au milieu de l’année 2011.

– entre juin 2004 et juin 2012, il y a eu 307 frappes américaines de drones au Pakistan. Elles auraient tué entre 1562 et 2377 militants présumés.

– cette campagne de drones au Pakistan a considérablement diminué en 2011 avec 70 frappes dans les zones tribales, contre 118 en 2010.

– en 2011, 6% des dommages étaient civils, soit une hausse de 1% par rapport à 2010. Sur l’ensemble du programme, on a un taux de 16% de dommages civils.

– les frappes sont de plus en plus précises ce qui fait dire au Général Pakistanais Ghayur Mehmood que « le nombre de personnes innocentes tuées est relativement faible » et que « la plupart des objectifs sont des militants pur et dur ». Il s’agit de la première reconnaissance publique d’un officier Pakistanais en la matière.

– pourtant, cette campagne est très impopulaire au Pakistan. Dans un sondage réalisé par le Pew Research Center, trois quarts des pakistanais la jugent inutiles.

– ces attaques de drones ont contribué à la relative baisse de la violence au Pakistan. Il y a eu 41 attaques suicides en 2011, contre 49 en 2010 et 87 en 2009. Cette diminution est aussi le fruit des opérations militaires pakistanaises dans le Swat et au sud du Waziristan.

– ces attaques ont véritablement perturbé les opérations talibanes. Les commandants sont obligés de dormir sous les arbres pour éviter d’être ciblés. Les militants exécutent régulièrement des personnes soupçonnées d’être des espions à la solde des Américains.

– ces frappes peuvent aussi alimenter le terrorisme. Après une tentative d’attentat à Times Square le 1er mai 2010, le terroriste pakistanais Faisal Shahzad, qui est aussi citoyen américain, a déclaré avoir agi en réaction aux frappes de drone.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s