La protection des journalistes en droit international humanitaire.

Selon le Committe to protect journalist, 971 journalistes ont été tués en date du 29 janvier 2013. 665 ont été assassinés c’est-à-dire tués avec préméditation en raison de leur fonction.181 sont morts au « combat », victimes d’un échange de tirs ou d’un bombardement. 122 sont décédés alors qu’ils couvraient une situation de troubles internes ou d’insurrection. L’année 2012 a été meurtrière avec 32 journalistes morts, dont 12 en Somalie.

war reporter

Ces dernières années, les journalistes tendent à être les cibles directes des affrontement armés. Lors des conflits en Irak et en Afghanistan, les journalistes avaient dix fois plus de chance d’être tués que les 250000 soldats américains et anglais engagés dans ces conflits.

Lire la suite…

Les facteurs de conformité au droit international humanitaire des groupes armés.

« Les victimes des conflits armés contemporains continuent de se compter principalement au sein de la population civile qui est de plus en plus la cible d’atrocités ». Tel est le constat du dernier rapport publié par l’Académie de droit humanitaire de Genève. Selon la stratégie européenne de sécurité adoptée par le Conseil européen de décembre 2003, « les guerres ont coûté la vie à près de quatre millions de personnes, dont 90 % de civils » depuis 1990.

AANE

Cette proportion est indissociable des guerres civiles, que d’aucuns qualifient de « nouvelles guerres », qui sont devenues la norme depuis les années 90. En effet, selon la classification du Heidelberg Institute for international conflict research en 2010, 269 des 363 conflits (violents et non violents) recensés cette année dans le monde étaient non internationaux. Seuls 6 des 126 crises, impliquant des actes de violence sporadiques pouvant aller jusqu’à la guerre, ont opposé deux États.
Lire la suite…

Frappes de drones: l’analyse et les recommandations du Council of foreign relations.

« Si nous voulons que les autres Nations emploient ces technologies de manière responsable, nous devons agir de façon responsable » (John Brennan, 30 avril 2012).

Dans un rapport écrit pour le Council on foreign relations, Micah Zenko dresse un inventaire des problèmes politiques et juridiques qui entachent les frappes de drones américaines. Puis, il fait un certain nombre de recommandations afin d’améliorer la « gouvernance » de ce programme.

Drone 2013

Cette technologie est à l’origine de 95% des éliminations ciblées conduites depuis le 11 septembre 2001 en-dehors d’un théâtre de guerre. Le reste a été opéré par des forces spéciales, des AC-130 et des missiles de croisière. Georges W. Bush a autorisé 50 attaques ciblées par des drones en-dehors d’un champ de bataille, soit plus qu’aucun autre de ses prédécesseurs.  Barack Obama en a, pour l’instant, conduit sept fois plus.

Lire la suite…

Humain, trop humain? La guerre, le droit international humanitaire et l’humain « amélioré ».

La fondation Greenwall spécialisée dans la recherche sur la bioéthique a récemment publié un rapport sur les dimensions éthique, politique et juridique des combattants « améliorés ».

L’amélioration peut être définie comme une intervention médicale ou biologique introduite dans le corps afin « d’améliorer la performance, l’apparence ou les capacités au-delà de ce qui est nécessaire pour garder ou recouvrir la santé ».

Lire la suite…

Les drones sous le feu de la critique.

Alors qu’Al-Qaïda subit une série d’attaques au Pakistan depuis une semaine, c’est le programme de drones lui-même qui essuie le feu de la critique jusqu’au sein même de l’administration Obama.

Mc Crystal

Selon Winslow Wheeler sur Foreign Policy, les défenseurs des drones entretiennent un mythe qui ne correspond pas à la réalité. En Afghanistan, que certains qualifient de « guerre des drones », les États-Unis ont conduit 1505 sorties air-sol durant les onze premiers mois de l’année 2012. Au total, 3886 munitions ont été larguées au cours de ces sorties, 3439 par des avions pilotés, 447 par des drones.  Ceux-ci ne sont responsables que de 11,5% des sorties aéroterrestres.

Lire la suite…

Assassinat ciblé: une question de vocabulaire?

En sécurité internationale comme ailleurs, il convient de bien nommer les choses afin de les comprendre et éventuellement d’agir sur elles. Or, le langage semble parfois insuffisant pour saisir un phénomène aux réalités multiples. En outre, les mots ne sont pas neutres et peuvent impliquer une connotation péjorative agissant sur la perception de ces choses.

Langage

Pour désigner l’emploi de la force létale intentionnelle et délibérée « avec un niveau de préméditation, contre un individu ou des individus identifiés à l’avance par l’auteur », nous employons en Français l’expression « assassinat ciblé ».

Elle est discutable.

Lire la suite…

« Disposition matrix »: le traitement gradué de la menace terroriste.

The Atlantic vient de mettre en ligne un article signé Daniel Byman et Benjamin Wittes sur le fonctionnement de disposition matrix, cette base de données continuellement mise à jour sur des personnes suspectes de terrorisme et préconisant les actions susceptibles d’être opérées contre elles.

obama-security-meeting-428

L’article étudie le cas spécifique du citoyen américain afin de montrer l’étendue des actions possibles contre lui. L’emploi controversé de la force létale constitue l’étape ultime. Avant de la franchir, les États-Unis dispose d’un panel d’actions non létales dont le caractère militaire monte en intensité à mesure que les options diminuent et que la menace augmente. Dès lors, on peut constater que les mesures de maintien de l’ordre et le traitement pénal du terrorisme tiennent une place importante dans la « guerre » des États-Unis contre celui-ci. Inversement, les actes militaires semblent constituer une mesure d’exception, lorsque les autres moyens ont échoué.

Lire la suite…

L’année 2012 en revue.

Voici les cinq articles les plus lus en 2012 sur les 47 publiés cette année:

C’est principalement par le biais des mots « drone », « Reaper » et « Predator » tapés dans les moteurs de recherche que les visiteurs ont eu accès à Dommages Civils. Cela témoigne de l’intérêt du public francophone pour  cette nouvelle forme de guerre.

Cet intérêt transparaît dans la naissance, en 2012, d’un nouveau site spécialisé dans le droit international humanitaire: la revue de presse juridique.

Ce dernier, ainsi que Dommages Civils, ont eu l’honneur d’être signalés par le site spécialisé dans les questions de sécurité et de défense Mars Attaque que nous remercions à nouveau.

Bonne année 2013.