Contre une invocation abusive de la légitime défense face au terrorisme

Nicolas Boeglin, Professeur de Droit International Public à l’Université de Costa Rica (UCR), publie une note sur la pétition « contre une invocation abusive de la légitime défense pour faire face au défi du terrorisme ».

Un appel signé par de nombreux professeurs et chercheurs en droit international public intitulé «Contre une invocation abusive de la légitime défense pour faire face au défi du terrorisme » circule sur la toile depuis plus d´une semaine.

Parmi les signataires de la longue liste actualisée par le Centre de Droit International de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) (disponible ici) on retrouve plusieurs grands noms du droit international, associés pour l’occasion  à des enseignants et à des assistants bien plus jeunes.  L’objectif d’une telle initiative est de mettre en cause le recours à l’argument juridique de la légitime défense invoqué par plusieurs États dans le contexte de la lutte contre l’État islamique.

Lire la suite…

Publicités

Publication des données sur les opérations contre-terroristes américaines en-dehors des zones d’hostilités actives

Annoncées au mois de mars, les données sur les opérations contre-terroristes américaines en-dehors des zones d’hostilités actives ont été publiées vendredi 1er juillet.

La publication des données sur les opérations contre-terroristes américaines en-dehors des zones d’hostilités actives a finalement eu lieu quatre mois après son annonce. Elle est accompagnée de celle du décret relatif aux mesures pre et post-frappe prises pour traiter le problème des dommages civils dans les opérations impliquant l’usage de la force. Un autre décret portant sur ces dernières mesures ainsi que sur les publications de l’ensemble des données par le Director of National Intelligence (DNI) est également publié.

Summary of US counterterrorism strikes Outside areas of active hostilities
Lire la suite…

Quelles limites humanitaires aux méthodes et moyens de guerre ?

Quelles limites humanitaires aux méthodes et moyens de guerre ? Tel était le thème du dernier débat 5 à 7 du Comité Internationale de la Croix-Rouge (CICR) qui s’est tenu mercredi 29 juin 2016.

À l’heure où la population, les objets et les personnes protégés sont de plus en plus exposés à la guerre, se pose la question de l’efficacité du droit international humanitaire (DIH) pour limiter les effets des hostilités et protéger les civils. Est-il toujours pertinent ? Ne doit-il pas évoluer ?


Lire la suite…