Quand une erreur de renseignement conduit à la mort de 24 soldats pakistanais.

Une enquête militaire américaine fait la lumière sur l’incident du 26 novembre 2011 qui a conduit à la mort de 24 militaires pakistanais dans la province de Kumar. Les américains sont reconnus en partie responsables pour avoir conclu de manière incorrecte à l’absence de troupes pakistanaises à la frontière afghane lors de l’opération.

Lire la suite…

Publicités

HRW demande la fin du programme de drone de la CIA.

Plus précisément, HRW demande de transférer le commandement des frappes de drone de la CIA aux forces armées américaines. L’ONG met en cause l’opacité des pratiques de la CIA qui ne permet pas juger de leur légalité. Si le droit international humanitaire (DIH) n’interdit pas aux agences de renseignement de participer aux hostilités, les États ont l’obligation d’enquêter sur les allégations de crime de guerre et d’adresser des réparations aux victimes d’actes illégaux. Or, les États-Unis ont refusé de reconnaître l’implication de la CIA dans les assassinats ciblés ou de fournir des informations sur des frappes sujettes à des allégations crédibles de violation du DIH.

Lire la suite…

Première analyse des dommages civils causés par les frappes de l’OTAN en Libye.

Selon une enquête menée sur le terrain par le New York Times, les frappes aériennes de l’OTAN auraient causé au moins 40 victimes civiles, voire plus de 70, dont au moins 29 femmes et enfants. Le journal a produit un rapport de 27 pages portant sur neuf attaques distinctes ayant causé des victimes civiles non intentionnelles. L’enquête s’est déroulée sur 25 sites dont Tripoli, Misrata ou encore Brega. Plus de 150 objectifs (des bunkers, des bâtiments ou des véhicules) ont été visés. 7700 bombes ou missiles ont été largués au cours de milliers de sorties des avions de l’OTAN.

Lire la suite…